Froid

Couche d’ozone : le trou a extraordinairement rétréci

Le trou de la couche d'ozone se résorbe et c'est la NASA qui l'annonce.

C’est une très bonne nouvelle pour la planète. Le trou de la couche d’ozone, qui nous protège des rayons du soleil, a diminué d’un quart d’après la NASA. Un rétrécissement exceptionnel dû à des mesures prises en 1987.

La couche d’ozone, c’est quoi ?

L’ozone est un gaz qui se concentre dans une « couche » qui se situe à 25km au dessus de nos têtes. Cette masse de gaz permet de nous protéger des rayons du soleil et des ultraviolets, et donc de dégâts sur les plantes ou de cancers de la peau.

Mais pendant les années 1970, les chercheurs se sont aperçus que des trous s’étaient formés au dessus des Pôles. En cause : les CFC, des gaz utilisés dans les aérosols et les réfrigérateurs à l’époque, qui percent des trous dans ce bouclier de gaz.

Pour se maintenir, l’ozone a besoin que la stratosphère soit chaude. Et les CFC, utilisés pour créer du froid, combinés aux températures glaciales de l’hiver dans les pôles, endommageaient la couche d’ozone.

Un accord pris en 1987

©NASA

Face à cette découverte alarmante, un accord international a été pris en 1987 à Montréal pour interdire l’utilisation des CFC et toutes les substances qui réduisent la couche d’ozone.

Résultat : la NASA a annoncé que le trou du Pôle Sud avait rétrécit d’un quart. Habituellement, le trou mesure environ 20,7 millions de km carrés à son maximum. Cette année, il ne mesurait que 16,4 millions de km carrés et est même tombé à 10 millions de km carrés.

Des scientifiques prudents

Stratosphère
©Matteo Fusco

« Ce que nous observons cette année est dû à la hausse des températures stratosphériques. Ce n’est pas un signe que l’ozone atmosphérique est soudain en passe de se rétablir », prévient Paul Newman, scientifique à la NASA.

À noter que la Chine continuerait de fabriquer secrètement des CFC. À cela il faut ajouter les répercussions des HFC. Utilisés pour remplacer les CFC, ces gaz sont ceux que l’on retrouve dans les climatisations. Il faudrait donc repenser tout un système mondial.

Les scientifiques ont malgré tout de l’espoir. Ils estiment que le trou pourrait être totalement résorbé en 2030 au Pôle Nord et en 2050 au Pôle Sud.

Retrouvez les autres actualités et initiatives positives ici : #Froid.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :