Chaud

Environnement : pourquoi la France n’est pas à la hauteur ?

Bien que la France avance sur de nombreux points en terme d'écologie, elle semble ne pas être tout à fait à la hauteur de l'urgence environnementale et des Accords de Paris.

Émissions de C02 trop élevées, biodiversité se dégradant à grande vitesse, qualité de l’air inquiétante et participation à la déforestation mondiale : c’est ce que révèle le rapport quadriennal sur l’Etat et l’environnement, publié par le Ministère de la Transition écologique.

Ce rapport publié jeudi par le Ministère de la Transition écologique ne met pas la France à l’honneur en matière de qualité de l’air, changement climatique, déforestation et protection des écosystèmes. En France métropolitaine comme en outre-mer, la situation est inquiétante à plusieurs aspects pour l’environnement et ne semble pas s’améliorer.

Des émissions de CO2 trop élevées

Pour limiter le réchauffement de la planète à +2°C par rapport à l’ère préindustrielle, comme le prévoyaient les Accords de Paris, il faudrait limiter, au niveau mondial, les émissions de CO2 entre 1,6 et 2,8 tonnes par an et par habitant sur la période 2018–2100.

La France est loin d’atteindre les objectifs fixés par les Accords de Paris, malgré une baisse des émissions de CO2 de 18% entre 1990 et 2017. En effet, les émissions de CO2 sur le territoire français étaient de 4,9 tonnes par habitant pour l’année 2017. Très loin des objectifs permettant de limiter le réchauffement climatique donc…

Eaux souterraines et air : des pollutions inquiétantes

©Alexander Tsang

Le rapport souligne que des efforts ont été fait en matière de qualité de l’air, avec une baisse de 49% des rejet de dioxyde d’azote entre 2000 et 2017. Malgré cela, « chaque année, plusieurs agglomérations font face à des dépassements des seuils réglementaires de protection de la santé humaine« , souligne le rapport. De plus, nous pouvons imputer 48.000 décès prématurés à la pollution aux particules fines chaque année.

Le rapport sur la qualité de l’eau est quant à lui très mitigé. La qualité des eaux semble s’améliorer dans les lacs et rivières mais l’inquiétude grandit pour les eaux souterraines où sont encore rejetés nitrates, pesticides et médicaments.

Des écosystèmes menacés

Le rapport souligne également un situation « préoccupante » pour de nombreuses espèces animales sur le territoire français, qu’elles soient marines ou terrestres. Sur 10.000 espèces évaluées, 18% seraient éteintes ou sérieusement menacées. Le pourcentage d’espèces menacées atteint même les 39% en outre-mer, territoires concentrant de grandes richesses de vivants.

Ces nombreux indicateurs inquiétants montrent une nouvelle fois que la France n’a pas de leçons à donner au reste du monde en matière de protection de l’environnement. Nous dépassons allègrement la majorité des neuf seuils de comparaison fixés par ce rapport, et la Cour de justice de l’Union européenne a jugé ce jeudi que la France a dépassé « de manière systématique et persistante » le seuil limite de dioxyde d’azote depuis 2010.

Tous les éléments cités dans cet articles, ainsi que d’autres données sont à retrouver sur le rapport complet à retrouver ici.

Retrouvez les autres actualités négatives ici : #Chaud

%d blogueurs aiment cette page :